Monthly Archives: January 2006

Inspirer une culture universitaire au Luxembourg

L’Université du Luxembourg est jeune de six années, le Luxembourg est donc un jeune pays universitaire. Cette université qui compte environ cinq mille étudiants à la chance d’avoir plus de quatre-vingt dix nationalités représentées au travers de ses étudiants. Nous devons nous saisir cette chance pour promouvoir une vraie culture universitaire au Luxembourg. Une culture universitaire basée sur le multilinguisme et la diversité ethnique. L’Université du Luxembourg ne doit en aucun cas ressembler à ses universités voisines, françaises, belges ou allemandes ; elle ne doit pas non plus devenir une succursale de ces universités. Il est, aujourd’hui, primordiale pour le développement de l’Université du Luxembourg qu’une culture universitaire propre et unique naisse.
Cette culture universitaire doit passer par la vie étudiante, par les étudiants et leur engagement. Les statistiques européennes1 sont formelles, les universités se développent vite et bien si les organisations étudiantes sont structurées et si elles ont les moyens, humain, matériel et financier, d’être des acteurs majeurs dans la Vie Etudiante.

La LUS doit donc encore se structurer mieux, devenir encore plus un acteur majeur de la Vie Etudiante au Luxembourg. Il ne s’agit pas de promouvoir les plus spectaculaire soirées de l’année mais bien d’émanciper le plus d’étudiants possibles aux problématiques posées par l’enseignement supérieur. Nous devons répondre aux attentes des étudiants, nous devons apprendre à mieux les défendre à mieux les représenter. Nous devons faire prendre conscience aux décideurs institutionnels l’importance d’avoir une représentation étudiante forte afin qu’ils nous en donnent les moyens.

La culture universitaire de l’Université du Luxembourg, riche de sa diversité ethnique doit passer par la Culture et l’ouverture d’esprit des étudiants aux autres formes d’expressions artistiques ; elle doit passer par le sport car il est un moteur de fédéralisme et de fraternité par les valeurs qu’il véhicule ; elle doit passer par les associations étudiantes, elles aussi, moteurs du fédéralisme. Enfin la culture universitaire ne pourra exister que si les étudiants, les enseignants-chercheurs et tout le personnel de l’université prend conscience du fait qu’il appartient, subconsciemment, au monde universitaire et à l’Université du Luxembourg.

La LUS va inspirer cette culture universitaire, avant le déménagement à Belval, en mettant en place des actions concrètes, fortes et responsables digne d’une organisation étudiante de référence, sérieuse, responsable et dynamique.